Un grand merci pour de petits robots

Cet article clôture plus ou moins cette année 2016-2017 de robotique finissant avec cette position de 21 sur 142 équipes homologuées pour cette coupe de France.

Cette aventure a de nouveau réuni une vingtaine d’étudiants de l’ESEO d’Angers. Bien que ses membres soient essentiels à l’accomplissement de ce projet d’envergure, ils n’en seraient pas capables sans le soutien indéfectible de leurs partenaires.

Le club connait 12 partenaires cette année, et nous tenions à tous les remercier pour leur aide indispensable. Revue sur ce projet de 8 mois et d’un nombre incalculable d’heures de travail.

Continuer de lire

Road trip coupe de France (part II)

Cette nuit fut très productive. Entre les modifications mécaniques pour apporter une roue supplémentaire au petit robot et les réglages soft pour plus de précision. Et cela a porté ses fruits, bien qu’ils soient moins mûrs que nous l’espérions. Récapitulatif du match :

Tandis qu’Anne est restée tranquillement dans sa zone de départ en tentant vainement de passer par-dessus bascule *raclement de gorge*, Harry a rassemblé toutes ses forces pour déposer un deuxième cylindre dans la zone centrale. Nous octroyant, au terme de ce match, 10 points supplémentaires par rapport à la manche précédente.

Cette petite victoire dans nos cœurs, un petit groupe est resté sur les lieux de la coupe, pendant qu’un autre est rentré à notre villa 😉 Pour piquer une tête dans la piscine ? Que nenni, car nous n’avions ni besoin de nous baigner,  ni le temps pour ces sottises, ni piscine d’ailleurs… #chaleur.

La première chose à corriger était la difficulté d’Anne à passer ce bout de métal devant résister à des robots de 35Kg qu’on appelle en tremblant « la bascule ». Les codeurs ont misé sur la vitesse initiale et l’inertie. Après quelques heures, il semblerait que l’essai soit concluant. Ensuite, au vu des différences de matériel entre le terrain de la coupe et le nôtre, nous avons mis en place une stratégie un peu folle de temporairement détériorer nos éléments de jeu. Prise de masse des modules, couverture de ces derniers avec du scotch, mauvais placements sur le terrain. Pas mal de cas ont été envisagés. Après quelques tests, les résultats sont bluffant : Tout passait sans problèmes et de manière répétable.

« Filme, comprend et résous, ça se résume en ‘démerde-toi !’ », Samuel

En ce qui concerne les situations incompréhensibles qui nous posent problèmes au cours des matchs, nous avons essayé de les recréer afin d’identifier les causes de leur apparitions. Avec beaucoup de patience et d’imagination, nous avons pu en régler quelques-unes.

La principale action que nous attendions durant ce match, c’était le passage de la bascule par notre petit robot Anne. Dès le coup d’envoi du match, tous nos yeux étaient rivés sur Anne. Un peu comme les matchs précédents, mais cette fois-ci, il y avait quelque chose de différent… Avant que nous n’ayons le temps de le réaliser, Anne avait foulé la bascule d’une avancée nonchalante ! Cependant, cet acte qui dépassait toutes nos espérances aboutit sur un évènement non attendu. Anne s’est trouvée entre les deux robots adverses en tentant de déposer une fusée complète de modules dont elle s’était emparée. Parallèlement, Harry a déconcerté les robots adverses en déposant un cylindre de la mauvaise couleur. Les robots adverses, désorientés, ont tout de suite répliqué en plaçant un cylindre de notre couleur dans leur zone de dépose. Résultat des matchs, 45 points pour PM-Robotix et 55 points pour nous. Malgré un score similaire au match précédent, les avancées techniques étaient significatives.

Après une réunion software efficace, nous avons revu nos priorités et notre stratégie afin de garantir un maximum de point demain et décrocher notre participation aux phases finales.

Le dénouement (ou pas !) à la prochaine new !

Road trip coupe de France (part I)

« Bougez-vous ! On va être à la bourre ! », Responsable logistique

C’est ainsi qu’a démarré notre voyage jusqu’à la coupe de France de robotique. Le camion chargé de nombreux objets exotiques aux fonctions variées, les voitures s’élancèrent vers 14h sur le chemin de la Roche-sur-Yon.

C’est à peine arrivés sur les lieux de la coupe que tout s’est enchainé très vite. Nous nous sommes rendus à notre stand pour installer notre poster ainsi que les banderoles de nos partenaires Atos et  Faulhaber. Ensuite, sans perdre de temps, une équipe a emmené nos deux bébés aux homologations, tandis qu’une autre est partie à la recherche de vivres.

Au terme de la première homologation, Harry est certifié apte à participer, mais pas Anne, car un problème d’origine software l’empêchait de bouger. Finalement, après un deuxième essai, Anne est admise dans la compétition !

Après quelques allers retours incessant entre le lieu de la coupe et le logement, ainsi qu’un problème de démarrage du camion, l’équipe entière finit par trouver le temps de se poser dans leurs chaises près de notre terrain de jeu.

La soirée de mercredi s’est révélée constructive pour les robots. Les codeurs se sont relayés tout au long de la nuit afin d’améliorer leurs performances. Citons par exemple la prouesse technique d’Anne qui désormais marque des points et passe aisément la bascule, ou la quantité de points marqués par Harry par rapport à ces dernières semaines.


Après une longue nuit de sommeil… « Ouais, c’est ça… », Un codeur 

Hum hum ! Après une longue nuit de sommeil, nous nous sommes organisés pour nous rendre sur le lieu de la coupe en vue de concourir à la première série de matchs de qualification. Slalomant entre les nombreux participants, notre duo de lanceurs s’est dirigé vers la table de jeu.

Au top départ du match, tout s’est bien déroulé, Harry et Anne sont partis plein d’énergie vers leurs cibles respectives : Les modules. Stratégie pour ce match, Harry et Anne préfèreront assurer le maximum de points avec les modules lunaires plutôt qu’avec les minerais.

Malheureusement, notre espoir fut de courte durée, car au bout de quelques secondes l’un des modules que nous avions récupéré n’a pas été déposé correctement. À partir de là, toutes les actions des robots ont été déréglées avec ce qu’ils pensaient faire. Alors, malgré une mascotte survoltée et de toute beauté, notre premier match s’est soldé par un score « modéré », dirions-nous.

Un peu après 20h était prévu le deuxième match. Prévu car à 21h20 nous étions toujours sur le qui-vive au stand, les robots dans leur landau et la mascotte en train d’écrire cet article.

« Pousse-toi de là ! », lui souffla le réel rédacteur de cet article, tout en comprenant tout de même la mascotte. Elle, qui piétinait d’impatience d’en découdre avec le public et l’atmosphère électrique, se devait d’occuper son temps libre, entre stress, fatigue incongrue et bouffées de chaleur.

Bref.

Ce que nous ne savions pas, c’est que les premiers matchs de cette seconde manche de la journée n’ont commencé qu’à 20h30, après une superbe prestation des animateurs déclarant ouverte cette soirée de lancement de la coupe de France 2017.

Au grand damne de notre chère mascotte, nous ne sommes finalement entrés en scène qu’à 21h30 passées. 21h39, top départ ! Harry commence par foncer sur les modules bicolores de notre côté de terrain, confiant en ses capacités de discernement de couleurs. Cependant, rencontrant des problèmes de blocages de modules et exécutant ses actions à une vitesse plutôt faible, il n’a pas pu marquer beaucoup de points.

Anne, elle, eu une difficulté dès le top départ. Cloîtrée de son côté du terrain, elle tenta de passer la bascule. Du haut des gradins, nous croyions en sa capacité à la passer. La tension monte dans la salle, et dans ses moteurs ! Mais la bascule est trop forte (ou trop glissante…) et Anne ne parviendra pas à s’échapper.

Ce match se voulait un tournant dans la compétition, ce ne fut finalement qu’un tournant « modéré » pour notre score.

Suite à la prochaine new !

Entrons au Royaume de Belgique (News 2)

Nous sommes de retour en France depuis dimanche soir ! Aujourd’hui, c’est l’occasion de faire le point sur ce qui s’est passé ce week-end. 

L’objectif principal de cette coupe était de tester le robot en conditions réelles.

Le second était de se confronter aux autres équipes et analyser leurs solutions techniques. Le dernier, c’était d’aller le plus loin possible. Nous étions un peu inquiets quand à la fiabilité de nos actionneurs, mais tout restait encore possible, nous croyions en nos robots pour réaliser les plus belles actions.

Cependant, il s’est trouvé qu’Harry était par exemple incapable de s’emparer des quatre cylindres unicolores présents dans les fusées sans rencontrer de problèmes. Il arrivait forcément que l’un d’eux se bloque et par conséquent en bloquent d’autres. #Murphy

De la même manière, Harry avait les outils pour ramasser les minerais dans les cratères. Mais à cause d’un problème d’alimentation, il ne pouvait plus bouger son rouleau prévu à cet effet. C’est pour cette raison que ledit rouleau a été neutralisé pour toute la durée de la coupe de Belgique.

De manière générale, nous avions accumulé un peu de retard sur nos actionneurs, lié à certains choix opérés en milieu d’année. Après avoir usiné un actionneur en prototype, nous avons jugé qu’il fallait changer de solution technique. La conception de celle-ci a alors entraîné des retards dans la fabrication.

C’est tout pour Harry. Mais Anne, qu’a-t-elle fait pendant cette coupe ?! Parlons-en ! Fraîchement montée seulement quelques jours auparavant en seulement deux semaines pendant lesquelles usinages, et montages se sont succédés, il était peu probable qu’elle soit capable d’actes incroyables. #MontageAuChaussePied

Cependant, même si elle n’a pas réussit à passer les homologations, nous sommes fiers d’elle car elle a pu passer sans soucis un obstacle assez particulier : la bascule (c’était l’une des choses qui nous inquiétait le plus.).Cette bascule, nous avions déjà repéré sa singularité lors des trophées de robotique où elle n’était pas recouverte de vinyle, alors qu’il est pourtant précisé le contraire dans le règlement. Allions-nous réussir à gérer cet élément inédit si vaguement définit ? Eh bien oui ! Bravo à ce petit robot !

Finalement, nous avons accumulé 152 points au cours des 5 matchs de qualification. Ce qui nous hisse à la 12ème place parmi les 17 participantes. Cela ne nous a malheureusement pas donné notre ticket pour les phases finales belges. Une prochaine fois peut-être !

Cette coupe nous a permit en plus d’évaluer le niveau global des autres équipes, d’identifier un bon nombre de problèmes que nous n’aurions pas pu détecter sans participer ! Et en plus, nous avons pu rencontrer d’autres équipes, échanger, discuter des diverses actions imposées par le règlement… Même avec des gens simplement intéressés par la coupe en elle-même ! Regonflés à blocs, nous savons désormais ce qui nous reste à faire pour être encore plus performants à la coupe de France !

Ce déplacement et notre participation n’aurait pas pu être possible sans l’aide de nos précieux partenaires ! Alors, un grand merci à eux !

Nous sommes à 28  jours de la coupe de France, Harry et Anne sont entre les mains de l’équipe qui s’affaire à les fiabiliser.

Entrons au Royaume de Belgique (News 1)

Hier, le royaume de Belgique nous a ouvert ses portes ! Ah, grandiose moment… Matérialisé par un simple panneau au détour d’un virage. Tout s’est passé tellement vite… Bref, nous y voilà !

Nous avons apporté notre bonne humeur, nos polos, notre poster et surtout !? Nos robots (que voici) !

(Cette version du poster risque de changer pour une nouvelle d’ici quelques jours…)

En cette journée du 22 avril, la première étape était de nous lever, mais celle-ci n’était pas particulièrement épique. C’est pourquoi on va considérer que cette journée a débuté par l’homologation des robots.

“Et en quoi ça consiste ça ?”

L’idée est simple, les arbitres vérifient que le (ou les robots dans notre cas) sont aptes à la compétition. Cette vérification se fait en deux temps, qu’on nomme vérification statique et dynamique.

Dans la première, les arbitres vérifient d’abord que la taille des robots n’excède pas celle précisée dans le règlement officiel. On parle de respect de périmètre lorsque le robot est déployé (lorsque tous ses actionneurs sont sortis) et non déployé. S’il s’inscrit dans ces conditions, les arbitres vérifient ensuite à la fois qu’aucun élément dangereux n’est présent sur les robots et aussi que les composants utilisés par ceux-ci ne présentent pas de dangers non plus. Grossièrement dit, ils lisent la fiche technique. Tout ça, c’est la vérification statique.

La seconde étape, la vérification dynamique, consiste surtout cette fois-ci à vérifier qu’ils sont capables d’éviter un adversaire, mais aussi que les robots peuvent réaliser d’autres actions comme marquer des points. On leur demandera alors par exemple de passer la bascule de la zone de départ, de ramasser des modules lunaires ou de lancer la funny action de la fusée.

Dans notre cas, Harry a réussit à passer l’homologation avec succès après quelques ajustements sur sa capacité d’évitement. Anne, elle n’a pas pu être homologuée faute d’évitement et de blocage au niveau de la bascule.

Ces deux choses passées avec succès, les robots peuvent passer à la deuxième étape de la journée : les matchs de qualification. Les conditions sont celles d’un match réel : des robots en parfaite autonomie pendant 90 secondes avec pour objectif de marquer le maximum de points. Un classement des équipes est ensuite établi suivant leur score à partir de 5 matchs de qualification. Seules les 4 équipes avec les scores les plus élevés auront la possibilité de participer aux phases finales, et seule l’une d’entre elles ressortira gagnante des ces deux journées de cette coupe de robotique.

Au terme de cette première journée et après 2 matchs de qualification, nous nous élevons à un score total de 35 points. On espère que cette soirée s’avérera productive pour la journée de demain !

Un air de Mardi Gras

Que vous évoque Mardi gras ? Le carnaval ? La fin des repas 100% crêpes ? Ou alors, rien ?
Eh bien chez nous, mardi gras nous rappellera toujours une chose ! En effet, la semaine dernière la CNC a souhaité elle-aussi participer au carnaval ! Comment ça ? Eh bien, écoutez bien…

*

La jolie chute.

Mardi dernier, après une journée de travail intense,

La CNC, harassée, a saisit sa chance.

Profitant de la non-surveillance répétée au fil des pièces usinées,

Les manigances de la CNC allaient pouvoir commencer,

Feignant la découpe d’une plaque à des fins profitables pour l’équipe,

Ses motivations ne s’accordaient pourtant pas au but commun.

Car le démembrement de ce continent d’alu était certes épique.

Mais de cet usinage frais, le robot n’en tirera rien.

Elle pensait nous faire croire à une chute banale,

Un petit morceau de métal sans valeur,

Mais ses désirs ont été étalés avec ampleur !

Elle comptait pouvoir l’utiliser pour le carnaval !

*

Logo D’un ordre assassin

Les intentions cachées de la CNC


 

Lancement de ce début d’année !

logo-moon-village

Fini le sable bouillant des plages d’été coincé dans les roulements des roues de nos valeureux pirates de plage, bonjour la… Poussière lunaire ?

Eh oui ! Planète Sciences met l’accent cette année sur le grand pas pour l’humanité réalisé à des centaines de milliers de kilomètres au dessus de nos têtes avec le thème : Village lunaire ! Voyons sans plus attendre à quoi ressemblera le terrain cette année !

Les participants auront tous la même mission, à savoir : En 90 secondes, construire une base lunaire pour permettre de vivre sur le fameux satellite de la Terre. Pour cela, plusieurs objectifs sont à mener à bien !

  • Collecter les roches riches en minerais de titane dispersées ci-et-là dans les cratères (représentés par des balles blanches) et éviter de ramasser les roches pauvres de ce minerai (représentés par des balles noires plus petites). Elles doivent être amenées au mieux dans les soutes des équipes. Le sol de la navette peut aussi faire l’affaire, bien que moins spacieux !
  • Construire la base lunaire grâce aux ressources ramenées de la Terre, qu’on appellera modules lunaires (des cylindres de différentes couleurs, jaunes ou bleus unis, mais aussi parfois jaunes et bleu sur le même cylindre !). Ces modules devront être déposés dans les bases de construction prévues à cet effet (à l’horizontale ou la verticale suivant les cas). Dans le cas où les modules sont posés à l’horizontale, il faudra que la couleur visible soit celle de l’équipe.
  • Enfin la Funny Action (qui se déroule pendant l’extra-time de 5 secondes après le temps réglementaire) : Envoyer un engin spatial à la verticale en direction de Mars à partir de l’intérieur d’un des robots.

terrain-explications

Nos deux robots , impatients de relever ce nouveau défi s’empressent alors de préparer leur équipement pour ce long voyage qui leur permettra de graver leur noms dans les livres d’histoire ! Laissant alors de côté leurs aimants à pêche, ainsi que leur parasol de pirate. Ces deux pirates abandonnent ainsi leur noms qui aura fait trembler plus d’une équipe l’année dernière pour deux nouveaux plus… Sobres.

Nos deux robots, Harry et Anne, s’apprêtent alors à décoller avec un seul objectif en tête, aller à la conquête des trésors cachés sur le sol lunaire. Leurs gènes de pirates ressortiront-ils pendant cette année ? Rien n’est moins sûr…

Derniers matchs de qualification + phases finales !

Deuxième et dernière journée de cette coupe d’Europe 2016. Notre estomac bien rempli, nous partons en direction de la coupe ! Difficile de trouver une place de parking proche de la coupe… Tant pis, on va marcher ! Il est tôt, et à en juger par les têtes de certains, le sommeil était en option pour cette nuit…

9h 24, le premier coup d’envoi de la journée. La circulation dans la salle des stands commence à s’établir, les scies commencent à se mouvoir, les fils électriques se torsadent d’un coté de notre stand, et les limes chauffent de l’autre. Tout cela annonce une bonne journée !

Des cadeaux circulent entre les équipes. Et à peine 9h 39 arrive que nous recevons notre deuxième livraison de chocolats de la part d’une équipe suisse ! Merci RI7  !

Début dimanche

Ça y est ! C’est notre tour ! Nous jouerons contre l’équipe russe Reset !

« Ready ? 3… 2… 1… Go ! », À ces mots, les deux robots accourent vers la dune, avec un léger avantage pour Black !… Voir plus, car les lanceurs russes ont tardé à lancer leurs robots !

Les arbitres sont demandés pour un nouveau départ. Ils acceptent !

Soit, nous recommençons.Célestin tuto danse

« Ready ? 3… 2… 1… Go ! », Black se rue vers la dune à son tour ! Il arrive une nouvelle fois premier malgré le léger retard de notre lanceur Valentin ! Les deux robots s’immobilisent, chacun ayant détecté la présence de l’autre. Au bout de quelques secondes, Black finit par essayer de se recaler par rapport à la dune car son adversaire ne souhaitait pas bouger. Stressé par son adversaire qui n’était qu’à quelques centimètres de lui, il n’a pas pu prendre la dune…

Pearl pendant ce temps a rassemblé des coquillages sur notre serviette ! Puis, ayant remarqué que son co-équipier était immobilisé, il s’est dit : « Black mon ami, je vais m’occuper des poissons, ne t’en fait pas ! » Malheureusement, stressé par la situation critique de Black, il n’a pas pu se caler de la bonne manière pour pêcher tous les poissons.

Ainsi, à la fin des 90 secondes de match, le score retenu est de 65 pour nous et 61 pour l’équipe russe.

 

5ème match, nous jouerons contre VaMons a la playa, les champions de Belgique ! Nous les avions battus à la coupe de Belgique, mais ça… C’était avant… ! Connaissant approximativement leur comportement en match, nous avons opté pour une stratégie beaucoup moins agressive au départ.

Compte à rebours terminé ! Nos deux robots partent paisiblement récolter des points. Black commence par ce qu’il fait de mieux, il prend le temps le temps de se placer, puis se saisit de la dune ! Celle-ci est ramenée en sécurité dans notre zone de dépose, tandis que notre robot Black repart s’occuper d’autre chose, ses leds clignotantes fièrement sur le haut de sa balise !Beau match

Pearl n’en a pas fait des moindres. Équipé de son dispositif de pêche hypersophistiqué constitué d’une plaque d’aimants, il prend lui aussi le temps de ramener le maximum de poissons dans le filet.

Ce match nettement moins violent que les précédents s’est clôturé sur un score de 149 pour Black / Pearl et 99 pour les robots de VaMons a la playa ! Bravo à eux !

 

Les phases de qualifications sont terminées et le classement général est établi ! Et, ça alors ! Nous avons amassé suffisamment de points pour participer à la suite du championnat ! Et notre premier adversaire sera RCA que nous avons déjà affronté hier !

13h 20, quelques équipes commencent à partir, mais la tension dans la salle est d’autant plus palpable… D’un coté, nous revoyons nos stratégies en vue du prochain match, de l’autre nous préparons tout le matériel Hardware et mécanique dont nous aurons l’utilité un peu plus tard. Nous prévoyons aussi qui nous pourrions affronter dans les matchs futurs, sous condition de victoire au moins à ce premier match.

Notre rencontre contre RCA commence, tandis que notre mascotte Célestin se donne à cœur joie de nous encourager ! Célestin lui même est encouragé pour continuer par le public !Célstin encourage

Au top départ, Black semble se téléporter devant la dune. Sans problème, il la ramène rapidement dans notre zone de construction. Le gros robot de RCA en profite pour récupérer un bloc de sable de notre coté du terrain. Pearl, qui dans le match précédent avait réussit à marquer pas mal de points est à ce moment perdu sur le terrain. Tentant de se replacer, il s’accroche sans le faire exprès à un coquillage qui l’empêche de se recaler correctement. Finalement, par un excès de zèle, il accélère violemment vers l’un des tasseaux de la zone de construction ! Ça alors !? Pearl tombe à la renverse en plein milieu du match !! Incapable de se relever, il perd conscience… Black est obligé de le décaler tout en se pressant pour ramener d’autres blocs de sable dans la zone.

Pearl, toujours à terre à la fin du match, ne lève même pas le drapeau pirate de la funny action à la fin des 90 secondes réglementaires. Laissant les scores à 145 pour notre équipe et 125 pour RCA.Pearl à la renverse

Pearl va-t-il se réveiller ? Cette chute lui sera-t-elle fatale ? Vous le saurez en continuant de lire cet article !

 

Le prochain match nous opposera à l’équipe serbe MBS ! La tension est palpable, et Célestin fait signe au public d’en donner encore plus ! Ce math s’annonce à priori enflammé, car l’équipe gagnante aura droit à son ticket pour les demi-finales !

Le décompte des 5 secondes est arrivé ! Black donne tout dès ce début de match pour arriver le premier encore devant la dune ! Il se place pour prendre le maximum de cette dune, mais que se passe-t-il ? Le petit robot de MBS semble s’être placé juste derrière Black ! Black, ayant attendu un peu qu’il se décale fini par le pousser légèrement contre les tasseaux. Mais celui-ci en redemande, et à peine Black s’est replacé pour prendre la dune que ce dernier se recale derrière lui… Ces deux robot immobiles nous font tourner les yeux vers notre Petit Pearl qui s’est remis de son choc de tout à l’heure ! Celui-ci a d’ores et déjà accompli une part de son travail en poussant le bloc devant la zone de départ vers notre zone de dépose. Cependant, il semble ne pas pouvoir sortir son bras pour pêcher les poissons tant convoités…

Après 40 longues secondes d’inertie, Black finit par s’extirper de l’endroit où se trouve le petit robot de MBS, laissant tomber dans sa course désespérée la majeure partie de son butin de sable, et s’arrêtant même avant la zone de dépose… Quel dommage.

Ce match très controversé donne lieu à une discussion sérieuse entre les différents arbitres et les deux équipes. Certains estimant que Black n’aurait pas dû pousser le petit robot comme il l’a fait et d’autre que ce petit robot n’avait pas à rester si longtemps au même endroit…

Après cette discussion de presque une demi-heure avec les arbitres, la sentence nous déçoit, mais est irrévocable. Le score est donc de 81 points pour l’équipe serbe, et 53 point pour nous..

L’aventure de cette coupe officielle de robotique Eurobot s’arrête donc en quarts de finale pour nous. Cela dit, c’est tout de même mieux que l’année précédente où nous nous étions hissés jusqu’en huitièmes de finale. Gardons la tête pleine de bons souvenirs car nous avons eu de beaux matchs.

L’équipe vainqueur de l’édition Eurobot de cette année est donc une fois de plus RCVA. Équipe que nous avions battu en demie-finale cette année même en coupe de France. Bravo à eux !

 

Aventuriers et joueurs comme nous sommes, nous n’avons pu résisté à l’envie de demander un match amical contre RCVA, et en bons adversaires, ils ont bien sûr accepté ! Voici donc la retransmission (pas en direct !) de notre rencontre face à eux :

La plupart du public est debout même après cette longue journée. Et cette fois ci les arbitres ne sont pas présents, donc pas de problèmes avec les discussions trop longues ! Chacun opère à ses petits réglages avant le début du match : coups de tournevis, nettoyage des roues, recalage des éléments de jeu ! Nombreux sont les spectateurs qui se sont accumulés autour de la table. Au programme : un rush rapide de notre côté !

Les robots sont prêts ! Et notre commentateur favori est là aussi ! Et il est bien renseigné !

Les deux robots sont lancés ! Et à toute vitesse de chaque coté ! Une collision a eu lieu devant la dune ! Mais nos gros champions se sont vite écartés l’un de l’autre. Cela fait, la dune était dans un état assez pitoyable. Ce que Black a fait, c’est qu’il a réussit à tirer le maximum de ce qui restait de la dune : il a écarté tout le devant avec ses ventouses, puis en s’y calant bien, il a réussit à s’en emparer ! De plus, petit changement par rapport à d’habitude, il s’est servi de la dune pour pousser les portes des cabines de plage !Célestin accroupi

Ce match loin de ceux très sérieux d’aujourd’hui s’achève avec un score de 116 pour RCVA à 60 pour nous. Nos robot ont réellement tout donné durant cette coupe ! Ils méritent amplement leur dose de repos qu’il auront pendant le voyage qui nous mènera jusqu’à Angers.

C’est ainsi que s’achève la coupe Eurobot 2016, sur une équipe qui s’est surpassée et qui va profiter du voyage pour se reposer… Enfin, pour ceux qui ne conduisent pas !

Coupe d’Europe, nous voilà ! Matchs de qualification

042 Ça y est, c’est la coupe d’Europe ! Après quelques heures de trajet, nous finissons par arriver sur les lieux où se tient la coupe !

Quelques observations notables :

La salle paraît de la même taille que la coupe de Belgique, mais la concentration d’équipes dangereuses par m² paraît (elle aussi !) plus importante. Petit détail important, la matière du terrain est assez différente de celle que nous avons pu tester avec le nôtre… Espérons que ça ne pose pas de problèmes.

Repas du soir (10/06) du chili con carne + salade ! De quoi bien commencer cette compétition !

Et puis ensuite, Il était vite l’heure de partir du lieu de la coupe, car la fermeture se fait dès 22h.

Les convois de voitures se retrouvent donc à l’ESEO Paris. Où nous avons monté notre camp d’entraînement (terrain, coin Hard, coin Méca, coin Soft) ! Le  décor nous semble étonnement familier, serait-ce les couleurs ? Les tables, ou les chaises ?… Des réglages ont été faits dans les stratégies, sur certaines pièces… Une nuit blanche plus tard, il y a encore du travail :

« Quoi, c’est ce que vous appelez un rush ça ?! », Arnaud

Mieux encore, certaines parties du code sont démystifiées aux autres membres :

« Ça vous voyez, c’est ce qu’on appelle un commutateur magique… », Samuel

Petit déj’ constitué de thé, café, croissants et petits pains mis à disposition pour ceux qui ont une fois de plus mis à profit leur nuit pour travailler.

Notre président accompagné de notre trésorier sont partis chercher des provisions pour pouvoir satisfaire le minimum de nos fonctions vitales. Nous les remercions !

Notre fine équipe a pris possession du grand tableau de la salle ! Nous avons inscrit en runes calligraphiques contemporaines des pense-bêtes.

 

Ça y est, c’est l’heure de partir pour les phases de qualification !

Finalement arrivés, et après avoir opéré à notre phase de vérification des robots, il semblerait que nous soyons parés au match. L’ambiance dans cette grande salle est pour l’instant assez calme. Chacun veille à sa stratégie pour les matchs, ou corrige quelques détails mécaniques, d’autres (simplement) mangent. Pour ce premier match de qualification, nous avons choisi nos deux lanceurs : Valentin et Corentin, c’est-à-dire, nos deux responsables software.

Durant notre premier match de qualification, nous serons confrontés à Memristor (Serbie)

C’est l’heure de monter en piste ! Nos deux lanceurs accompagnés de la mascotte de l’école s’élancent d’un pas décidé (mais un peu tremblotant quand même…) vers notre table de jeu ! Corentin remarque alors que la dune était placée de manière parfaite, et qu’il n’était pas nécessaire d’intervenir pour la replacer. Par-fait !

Au top de l’arbitre, les deux gros robots de chaque équipe accourent le plus vite possible vers la dune ! De cette course d’environ 1.7 s, nous arrivons les premiers ! Malheureusement, impossible de ramener la dune dans notre zone de dépose tout de suite car le gros robot de Memristor est resté sur place, choqué d’être arrivé deuxième… Pendant ce temps, le match se passe plutôt bien pour les 2 petits robots. Vers la fin du match, nous parvenons à déposer un morceau de la dune dans notre zone de dépose.

Finalement, le match s’achève sur un score de 101 à 87 à notre avantage !

 

Notre deuxième match de qualification nous opposera à PowerBot (Roumanie)

Cette fois-ci encore les deux robot se sont lancés à la conquête de la dune ! Et encore une fois, nous sommes arrivés les premiers ! Et (encore une fois…) le gros robot adverse est resté devant la dune. Notre stratégie étant évidemment de ne pas violer les règles et ainsi ne pas pousser le robot adverse, nous sommes restés sur place… Pendant tout le match… Sans pouvoir déposer nos blocs de dune… Ce qui a donné une situation du type :

“Il nous a r’gardé.”

“On l’a r’gardé”

“Il nous a r’gardé.”

“On l’a r’gardé”…

Notre Pearl, lui, a regroupé très vite une bonne quantité de coquillages sur notre serviette pour ensuite essayer de pêcher le maximum de poissons. Sauf que, cette fois ci, il n’a pas pu pêcher le moindre poisson car, faute de perfectionnisme, Pearl s’est recalé encore et encore pour adopter la meilleure position pour pêcher, et n’a rien pu ramener.

Finalement, ce match s’est clôturé sur une égalité de 63 à 63, pour un total temporaire de 164 points.

 

L’heure de notre match de 3ème série approche à grands pas, et nos adversaires sont déjà décidés ! Il s’agira de 029l’équipe allemande RCA que nous avons précédemment affrontée en coupe de Belgique ! Cela promet un match d’exception !

À peine le compte à rebours de 5 secondes arrivé à sa fin que les deux gros robots ont filé vers la dune ! Grand sprinter qu’il est, Black est encore une fois arrivé premier ! Le gros robot d’RCA, l’air un peu déçu, nous a alors laissé la place de manœuvrer avec la dune. Équipé de ses ventouses et de ses bras, notre star internationale, qui n’avait dans cette compétition pas encore eu l’occasion de nous montrer ses talents de voleur de sable, s’est jetée sur la dune ! Cependant, dû à un échauffement pas assez pris au sérieux, il n’a pu s’emparer que d’une partie de la dune.

On pourrait croire que toute l’attention du public pendant ce match était focalisée sur Black… Eh bien, il n’en est rien ! Pearl, qui s’est repris en main suite à son dernier match, a subtilisé trois poissons du bac, et à une vitesse qu’on pourrait qualifier de… Rapide, oui c’est bien ça !

Bref, à la fin de ce match étonnant,  nous sommes assez fiers de constater un score de 113 points pour nous et 107 points pour nos valeureux adversaires RCA !

Pour finir, à la fin de la journée et de cette 3ème manche, nous sommes 10èmes au classement général.

Rappelons ici le lien pour suivre les matchs de la coupe sur internet : https://www.youtube.com/watch?v=P4z990aRAGs&feature=youtu.be